Nouvelle image

Suite à mon aventure (brève mais langoureuse) avec la couille de mammouth, ma langue réapprend petit à petit à reconnaitre saveurs et plaisirs gustatifs.

Je décide alors de tester, de nouveau, pour vous, chers lecteurs, un autre produit du quotidien. J'entre alors dans l'antre de la boulangère et examine son étal. Non, je ne viens pas pour une vulgaire baguette mais pour une rencontre sucrée du troisième type. Un petit bonhomme en forme de pied me sourit, il n'en fallait pas moins. Allez, ce sera toi, chère sucrerie au goût cola tant décriée par l'ensemble de la confrérie des dentistes. Avec toi, je suis certaine, ce sera le pied !

J'ouvre le sachet, puis un deuxième emballage, pour mon premier échange de regards avec ce pied. Je mets mes papilles en éveil mais déception ... je ne ressens pas le goût cola annoncé et tant espéré. C'est alors que je comprends qu'au fond du premier sachet se trouve LA poudre de perlimpinpin qui va radicalement tout changer de mon flirt avec ce panard. Je trempe mon pied (pas le vrai) dans ce mélange et ma langue crépite. Oh magie de la science moléculaire quand tu nous tiens !

Le goût cola, chimique comme il se doit, se trouve là dans cette poussière explosive. Après dix minutes d'orages et éclairs, c'est la fin.

Conclusion : Pas vraiment un coup de foudre, ni une bombe mais un pas de géant vers les carries, un véritable pétard mouillé.